À la une Agenda Qui sommes nous Nous contacter
 
Autres informations  >  Mediathèque  >  À la une  >  Détail
 
 
Les équipements et la technologie en priorité
 
 09/05/2011    El Watan
 
L’Espagne cherche à réduire son déficit commercial avec l’Algérie qui, pour la troisième année consécutive, connaît une augmentation. Il se creusera davantage à la faveur de la mise en service du Medgaz.
 

L’Espagne cherche à réduire son déficit commercial avec l’Algérie qui, pour la troisième année consécutive, connaît une augmentation. Il se creusera davantage à la faveur de la mise en service du Medgaz.

 

Nous avons le deuxième plus important déficit commercial après les Etats-Unis, avec 3 385 millions de dollars en 2010 qui va augmenter avec le Medgaz déjà opérationnel», a en effet souligné le Conseiller Économique et Commercial de l’Ambassade d’Espagne à Alger, Iñigo Febrel.

 

Ce dernier dira : «Nous avons souffert de la crise mondiale avec une baisse de la croissance en 2008, une récession en 2009 et 2010 mais avec un début de croissance positive pour 2011. Mais pour freiner le chômage, il faudra une croissance rapide». Le pays a pris des mesures pour améliorer l’économie et réduire ainsi le déficit public et restructurer le secteur financier, a-t-il expliqué.

 

Le gouvernement espagnol tente de maintenir sa position de «premier partenaire» économique de l’Algérie en encourageant les entreprises espagnoles à tisser des partenariats avec leurs homologues algériennes et non pas exclusivement dans le domaine des hydrocarbures. L’Espagne connaît une situation économique et financière défavorable depuis 2008, c’est pourquoi les entreprises de ce pays recherchent des opportunités de commerce et d’investissement dans divers domaines, notamment le secteur financier dont l’Espagne est représentée par un bureau de liaison de la banque Sabadell en Algérie, le transport de conteneurs pour desservir l’Amérique latine et les pays africains, la gestion des ports et les télécommunications, a révélé le conseiller économique de la représentation diplomatique espagnole à Alger. Cependant, la compagnie aérienne Iberia est déjà implantée en Algérie, a-t-il ajouté.

 

Pour lui, «les entreprises espagnoles restent compétitives et ont plus de facilités pour communiquer avec des partenaires algériens». S’agissant des mesures prises par le gouvernement algérien concernant le partenariat international, le diplomate espagnol évoquera la règle dite 51/49, estimant que «le problème se pose pour les PME espagnoles, car il est plus difficile de trouver un partenaire fiable et de qualité. Mais cela ne dérange pas les grands groupes espagnols, car ils sont habitués à ce genre de partenariat». Pour le transfert des dividendes, «la difficulté porte sur les lenteurs des autorités algériennes dans le transfert des bénéfices, mais cela est aussi valable pour toutes les autres compagnies étrangères en Algérie», a-t-il souligné. Une soixantaine de compagnies espagnoles sont présentes en Algérie avec différentes participations dans les capitaux des sociétés, a relevé M. Febrel en signalant qu’elles sont sept dans le secteur des ressources en eau activant dans le dessalement de l’eau de mer. Par ailleurs, les compagnies espagnoles travaillent aussi dans le secteur électrique, dans les centrales et installations électriques.

 

Hormis le secteur des hydrocarbures, l’Espagne est présente dans l’industrie manufacturière, chimique, agroalimentaire, les services et les énergies renouvelables. Dans ce dernier domaine, la première station combinée gaz et solaire qui vient d’être terminée à Hassi R’mel est réalisée par une compagnie espagnole, a-t-il indiqué. Les Espagnols s’intéressent au programme public de développement des énergies renouvelables, récemment adopté, et prévoient leur participation dans le domaine de l’éolien et le solaire en apportant des solutions efficientes dans le domaine du solaire, notamment dans le projet Desertec en faisant valoir leur compétence dans l’ingénierie. A cet effet, des études sont en cours de réalisation en faveur de NEAL dans le but de choisir la technologie la plus appropriée à l’Algérie dans le domaine», a fait savoir M. Febrel. L’Espagne exporte pour 2,627 milliards de dollars vers l’Algérie avec une baisse de 11%, par rapport à 2009. Tandis que les exportations algériennes vers l’Espagne ont augmenté pour atteindre 6,012 milliards de dollars.

 
 
Plan du site Mentions légales Privacité